Les troubles de comportement liés à l’hyper-attachement chez le chien

L’hyper-attachement est un des troubles de comportement canins les plus répandus. Bien qu’on puisse plutôt aisément le corriger, il faut tout de même comprendre de quoi il s’agit.

Le chien est un animal social et entretient ainsi ce qu’on appelle un désir de meute. Même un schnauzer domestique de cinquantième génération, véritable chien de salon pure race, ressent le besoin d’établir des liens avec ceux qui l’entourent.

Le chiot passe habituellement les premiers mois de sa vie auprès de sa mère qui procure la protection et l’alimentation au jeune chien. Elle lui apprend aussi les codes de communication rudimentaires du monde canin.

Selon le développement normal de l’espèce, la chienne terminera l’éducation de son rejeton plutôt rapidement – à notre œil d’humain – et entreprendra un détachement progressif du lien entre le chiot et elle à l’âge approximatif de quatre mois.

Graduellement, le chiot devra apprendre à se débrouiller par lui-même, et à communiquer avec ses semblables pour évoluer dans le monde duquel il fait désormais partie.

Mais il y a nous, les humains.

Lorsque l’on décide d’adopter un compagnon à quatre pattes, on choisit rarement un vieux chien en fin de vie. On se tourne plutôt vers ces boules de poil mignonnes à croquer, mais qui viennent d’être séparées de leur maman.

En adoptant un chiot de moins de quatre mois, on le prive de sa mère et d’un développement normal, ce qui peut entraîner, si on ne prend pas garde à assurer une bonne éducation à son chien, des troubles de comportement difficiles à corriger par la suite.

Reconnaître le trouble d’hyper-attachement, ou le trouble d’anxiété canin.

Les symptômes d’un trouble d’anxiété canin sont plutôt communs. On les remarque surtout lors du départ, ou de l’arrivée du maître à la maison.

Le chien adopté très jeune n’a habituellement pas connu la séparation graduelle d’avec sa mère comme l’aurait voulu un développement normal. Il en aura été séparé très rapidement, et le maître sera devenu la nouvelle figure d’autorité à laquelle s’attachera l’animal.

Si le maître ne prend pas garde à procéder à une distanciation progressive avec le chiot, celui-ci pourrait se retrouver dans une position d’anxiété une fois séparé du maître, même si ce n’est que pour un moment.

La destruction des biens matériels par le chien pendant l’absence du maître, qu’il s’agisse de poubelles vidées, de tapis rongés, ou de portes grattées excessivement, sont des indices évidents du trouble d’hyper-attachement canin.

Le chien destructeur s’attaquera souvent aux articles impliqués dans le passage du maître lors de son départ. En l’occurrence, il détruira les portes, les tapis, et les chaussures, etc.

Au quotidien, les signes sont plus subtils. On remarquera un trouble de comportement chez le chien qui se jette entre les jambes de son maître, qui se couche dans l’embrasure des portes, ou qui se montre agressif lorsqu’on s’approche de son jouet, ou de son bol de nourriture.

Il ne faut toutefois pas tomber dans le panneau du diagnostic maison alarmiste. Plusieurs autres facteurs peuvent stimuler des comportements gênants chez votre compagnon. Une fois ces symptômes identifiés, la meilleure option est de consulter un professionnel du comportement canin, ou un vétérinaire qualifié pour vous aider à améliorer le confort et la qualité de vie de votre chien.

Comment traiter le trouble de comportement de son chien?

Bien que les chiens soient des êtres très intelligents et que nous les aimions comme des membres de la famille, il faut éviter de plonger dans l’anthropomorphisme, soit la tendance à projeter des comportements et des émotions propres aux humains sur les animaux.

Le chien a besoin d’un encadrement stable pour être confortable. En tâchant de maintenir une routine de promenade régulière, en le nourrissant aux mêmes heures et en veillant à appliquer une discipline constante en rapport aux règles établies, le chien risque moins de se retrouver dans des situations qu’il ne comprend pas et qui lui occasionnent du stress. En évitant les situations anxiogènes, on diminue le risque d’une réponse comportementale problématique.

N’établissez pas de règles complexes difficiles à comprendre et à respecter pour votre chien. Par exemple, s’il n’a pas le droit de monter sur le divan, appliquez cette règle même lorsque vous y êtes assis, ou que vous recevez un invité à la maison.

Si vous trouvez un dégât à votre retour à la maison, inutile de punir votre chien. Le délai entre l’incident et la punition aura été trop long, et le chien ne comprendra pas pourquoi il est puni. Assurez-vous simplement de le sortir avant de quitter la prochaine fois, et nettoyez le dégât hors de la présence de votre chien.

La meilleure solution est toujours de consulter un spécialiste, qu’il s’agisse d’un comportementaliste canin ou d’un éducateur canin, si vous faites l’expérience de situations problématiques avec votre compagnon. Ces spécialistes sauront trouver une réponse adaptée à votre animal et à votre situation. Parlez-en à votre vétérinaire, et demandez-lui de vous recommander un professionnel de confiance.

Votre chien vous parle, encore faut-il savoir l’écouter!

Les troubles de comportement liés à l’hyper-attachement chez le chien
4.8 (95.29%) 17 votes

Soyez le premier à commenter

Leave a reply